Cercle de pardon

Pour chacun d’entre nous, le pardon a un sens dif­­férent. Pour certaines person­­nes le pardon est une pra­tique reli­­gieuse, il ne peut venir que de Dieu. Ce qui vou­­drait dire qu’une per­son­ne qui n’a pas de lien avec le divin ne pour­­rait pas accéder au pardon. A l’inverse, d’autres ne res­sentent pas l’uti­­lité du pardon ; athées, ils le consi­dèrent  comme un acte reli­­gieux qui n’est pas pour eux, ou bien, esti­ment qu’il ne pour­ra pas avoir d’ef­fet sur eux.

En réalité qu’en est-il ?

Le pardon est acces­­sible à toute per­­sonne. La gué­rison des bles­­sures phy­si­ques est acces­­sibles à tous, alors pourquoi la guéri­­son des bles­­sures du cœur ne serait-elle réser­vée qu’à certains ?

Les pardons « illusoires »

paysage style Chine-encre de Chine-Cercle de Pardon

Le pardon intel­lectuel : certaines per­sonnes voulant “bien faire”, ont ten­dance à vou­loir pardon­ner à l’autre rapi­­dement, beau­coup de gens par­don­nent intel­­lectuel­­lement trop vite, en trou­vant des excuses à l’autre, sans respec­ter ce qui se passe à l’inté­­rieur d’eux-mêmes au niveau émotion­nel.

Accorder un pardon orgueil­­leux : « Dans ma grande bonté, je t’accorde mon pardon. »

Un pardon d’humi­liation : l’indi­vidu, et en l’occur­­rence, souvent l’enfant, se voit imposer de l’exté­­rieur une demande de pardon. Dans ce cas, cette obéis­­sance de demander pardon revient à dire : « Je suis nul, je suis un bon à rien, je suis détes­­table, je suis cou­pable. » Pour celui qui reçoit il n’existe pas de réelle satis­­fac­tion. Quant à celui qui l’exprime, il le fait sans élan du cœur mais seulement par obéis­­sance.

Le pardon-devoir : Nous avons beau vouloir pardon­­ner, si le cœur n’est pas prêt ou s’y refuse, il ne peut obéir à la volonté. Il importe de se res­pecter soi-même, de ne pas nier ses émotions. S’imposer « je dois  pardonner » est  destruc­­teur et culpa­bilisant pour soi-même.

Des croyances qui sont obstacles au pardon

Remet­tre à l’autre le pou­­voir de retrou­­ver la paix du cœur : « Je ne peux pas demander pardon à quelqu’un qui ne m’a pas demandé pardon. » Tant que j’at­tends que l’autre me pré­­sente ses excuses, je reste dans l’impuis­­sance de pouvoir guérir mon cœur. Si l’autre n’a pas cons­­cience du mal qu’il m’a fait, ou bien qu’il soit mort, alors je suis condamné à passer le restant de mes jours à souf­frir.

Penser que pardon­ner c’est cau­tion­ner ou excu­ser : « C’est moi qui ai reçu les actes et en plus je devrais pardon­ner ! » Cela paraît incom­­préhen­­sible.

Croire que pardon­ner c’est oublier l’offense subie. Nous ne pou­­vons pas changer le passé. Cepen­dant, face aux événe­­ments qui nous ont bles­­sés, nous pou­vons choi­sir d’en tirer des leçons et, avec dis­­cer­ne­ment, met­tre des actions en place pour ne plus rester dans ce qui est souf­­frant en nous.

La guéri­­son de mon cœur ne dépend pas de ce que l’autre a dit ou fait ; elle ne dépend que de moi ! L’autre est res­pon­­sable de ses actes mais moi je suis res­pon­­sable de ce que je fais des actes ou des paroles reçues. Je peux par­don­ner avec mon cœur et uti­­liser ma tête c’est-à-dire mon dis­­cer­ne­ment pour inten­ter une action en justice ou bien, si cela est nécessaire, ne plus voir la per­­sonne.

Qu’est-ce qu’un Cercle de pardon ?

Créés en 2012 par Olivier Clerc, les Cercles de Pardon ont pour objec­tif de vous faire vivre en deux ou trois heures un pro­cessus de guéri­­son du cœur, aussi simple que puis­­sant.


Nous ne pou­vons pas changer le passé. Cepen­dant nous pou­vons cica­­triser nos bles­­sures, nous libé­­rer des cou­ches de ran­cune, de tris­­tesse ou de haine qui nous empêchent d’aimer plei­ne­ment. Le but est d’enlever la charge émo­tion­nelle source de souf­france psy­cho­logique et parfois même physique. S’accor­­der ce baume en son cœur, c’est repren­­dre la res­pon­sa­bi­­lité de son bon­­heur. C’est un cadeau que l’on se fait à soi-même.

Ces cercles de pardon ont une dimen­­sion guéris­­seuse des bles­­sures du cœur sans en­trer dans un proces­­sus théra­­peu­­tique. Il n’est en aucun cas néces­­saire de parler de son his­toire person­­nelle.

Cette manière nou­velle d’aborder le par­­don a déjà pro­fité à quelques mil­­liers de per­­sonnes à travers le monde.

Cette appro­che ne relève d’aucun carac­tère reli­­gieux ou sec­taire.

Prochain cercle de pardon : dimanche 09 février 2020 de 10h à 13h à Vannes

Voir vos prochains rendez-vous Cercle de pardon :


Formulaire de contact





 
Contact téléphonique : 06 63 03 22 23

www.cerclesdepardon.fr

Association Pardon International
Asso­cia­tion Pardon Inter­na­tional

 

cercle de pardon flèche retour