gris: #808080; orange: #ffcc99;

L’art de l’écriture jaillissante

Ren­forcer sa con­fiance.

Être plei­ne­ment soi.

Il s’agit d’écrire un texte en « je » de façon au­then­­tique, d’ampli­­fier tout ce qui se pré­­sente à nous et de le pro­cla­mer devant la bien­­veil­lance du grou­pe. Cette invi­­ta­tion per­met l’éclo­­sion sur­­pre­nante de textes mais aussi de créations tels des col­­lages et des peintures. Loin d’être nar­cis­­sique, l’auto­­lou­ange est un hom­­mage rendu à nos ta­lents, une célé­­bra­tion de la force de vie qui nous tra­­verse. Avec étonnement, nos mots se révèlent comme un chant poé­tique inté­­rieur. Aucune arro­­gance ou fausse modestie, nous dé­cla­­mons avec humilité la merveille de no­tre être.

La posture de l’auto­lou­ange est bien­veil­lance in­fi­nie, car nous ac­cueil­lons tout ce qui sur­git de nous. Cet­te voie of­fre une trans­mu­ta­tion in­té­rieure et un lâcher prise de nos car­cans. Avec au­dace et li­ber­té nous plon­geons dans nos pro­fon­deurs et lais­sons s’éle­ver notre « je » au­then­tique.Cha­cun re­con­tacte la vita­lité de son ta­lent natu­rel et l’inten­sité d’être. Nous ex­péri­men­tons une puis­sante con­fiance en soi.

Pour par­ti­ciper, nul besoin de com­pé­tences par­ticu­lières.

Je suis volupté de douceur, je m’élève altière dans l’aurore matinale. Au vent délicat je suis glorieuse de mes tourments. Johanne

Entre ciel et terre je suis lien indéfectible esprit matière. Racines de la terre, je déroule le vivant au cœur de mon humanité. Je suis fil, je tisse ma vie cosmique dans mon incarnation. Je me crée à chaque instant, fille des étoiles, je trace jusqu’à la terre et m’incarne dans le verbe. Je suis le Verbe, symbole de mes pensées archaïques, je suis parole actuelle de ma lignée, fidèle et créative, je poursuis l’œuvre éternelle de l’engendrement du monde. Maya

 

Mes milles facettes étincellent du joyau de ma féminité. Tout en moi est mouvement. Perpétuel jaillissement, je suis liberté, rien ne peut me contenir. Dans ma pure simplicité, je suis grâce. Femme singulière j’offre en abondance mes multiples couleurs au monde. Mon rire enchanteur est promesse du merveilleux.  Monique

      Je suis Celle que rien n’arrête
     Je suis Celle qui arrache aux morts leurs bandelettes
     Je suis Celle qui entre en trombe par les fenêtres ouvertes
     Arrache les rideaux, décroche les volets

    Je suis Celle qui n’a peur de rien
    Qui se lève et clame son indignation,
    sa colère devant les scandales du mépris

    Je suis celle que même la mort n’a pu faire mettre à genoux et
   Qui court en enjambant les ruines

   Je n’ai jamais stagné
  J’ai reçu la vie de tous ceux et de toutes celles que j’ai aimé et que j’aime
  Ils marchent pieds nus dans mes rêves
  Ils dorment à l’ombre de mes cils
 Jamais où je suis ils ne sont pas

 Je suis Celle que le monde sans cesse éblouit
 Jamais je n’ai laissé l’indifférence me gangrener
 J’aime ouvrir les yeux des aveugles
 Comme des âmes ailées m’ont ouvert les miens
 Et je porte le flambeau de la mémoire des hommes et des femmes dont je suis le témoin vivant.

                                                                                                                                                   Christiane Singer

 Je suis l’abondance 
et je sème à tous vents.
Je suis la moisson qui ondule
jusqu’à la fin des temps.
 
Je suis la voix qui traverse les mots.
Je porte le chant plus loin que le sens,
par-delà les frontières, l’étroitesse commune,
au cœur vaste sous le ciel des envols.
 
Je suis l’équilibre de l’audace.
J’avance sur la fine pointe de l’âme.
 
Je suis pépite. Je suis fulgurance.
Je suis vibration lancée à travers les âges.
Et parfois je m’arrête 
dans la demeure aux fenêtres ouvertes.
 
Je suis l’étoile filante 
qui brille en plein jour
et laisse après elle un parfum d’infini
sur l’échine du cheval fou.
Ivre d’univers,
je suis Pégase aux sabots d’air et de feu,
j’enjambe les anses
et survole les océans,
je suis l’encre saline, le sel de la terre,
l’œil de braise qui rallume les cœurs éteints.
 
Je suis la vie qui commence :
le galop des naissances, le déchirement
des horizons, la soif,
le tumulte des mondes.
 
Je suis l’oiseau du matin.
Le fin duvet de la joie
qui tremble sur le bord des fontaines.

Philippe Mc Load pour Salina

 
 
 
 
 
 

 

• Ate­liers d’écriture créative pour adultes et adolescents dans les villes de Lannion, Tréguier, Vannes.

Contact – formulaire courriel ou téléphone





 
Contact téléphonique : 06 63 03 22 23

 

coaching - flèche retour